Zamora

Zamora

Zamora se dresse sur une colline stratégique, défendue au sud par un fleuve, le Duero. Sur la route de l’argent, elle a accueilli la villa romaine « Ocellum Duri ». Le Moyen-Âge confère son importance à la province de Zamora.

Au XIIIe siècle, la ville était entourée par trois fortifications. Parmi celles-ci subsistent le château, des tourelles et des portes, des pans de remparts, qui offrent de magnifiques vues sur le Duero.

L’art roman : la capitale concentre le plus grand nombre de monuments romans au mètre carré de toutes les villes européennes. Plus d’une vingtaine d’églises romanes parsèment la capitale, ce pourquoi son centre historique fut déclaré ensemble historique et artistique.

La cathédrale du XIIe siècle présente un dôme à écailles de pierre, soutenu par une tour d’influence byzantine. De ses portes originales il ne reste que la Porte de l’Évêque, une tour massive de cinq corps ayant été ajoutée au XIIe siècle . À l’intérieur il faut souligner les stalles du coro du XVIe siècle. Le Musée de la cathédrale conserve une splendide collection de tapisseries flamandes.

À côté, le château, aujourd’hui Centre d’art contemporain Baltasar Lobo. Sur le fleuve, les Aceñas de Olivares – des moulins à eau du Xe siècle – et le pont de pierre du XIIIe siècle.

Les rues la Rúa de los Notarios et la Rúa de los Francos reflètent encore l’ancien tracé de la première enceinte médiévale, dans laquelle furent construites les églises romanes San Pedro y San Ildefonso et La Magdalena.

Sur la Plaza de Viriato, qui accueille la sculpture d’Eduardo Barrón dédiée au berger lusitanien, se trouve le Palacio de la Encarnación, palais fondé au XVIIe siècle ainsi que le Palais des Comtes d’Alba et Aliste du XVe siècle qui abrite le Parador de Turismo (hôtel de luxe historique). Sur cette même place se trouve le musée ethnographique de Castille-et-León.

On rencontre dans les environs d’autres églises romanes comme San Cipriano et Santa Maria la Nueva, cette dernière à côté du Musée de la Semaine sainte, qui expose la plupart des groupes de statues qui défilent durant la semaine de la Passion. Le Palacio de Puñoenrostro est un remarquable palais du XVIe siècle qui abrite le Musée de Zamora.

Sur la Plaza Mayor se situent l’église romane San Juan de Puerta Nueva et l’ancienne mairie construite en 1504. La toute proche calle de Balborraz est l’une des plus pittoresques de la ville.

La rue piétonne de Santa Clara, artère commerciale par excellence, exhibe le Palais de los Momos, de style gothique isabelin et l’église romane Santiago del Burgo.

D’autres églises romanes sont situées dans les « Barrios Bajos », ancien quartier juif : Santa María de la Horta et Santo Tomé, cette dernière abrite les fonds du Musée diocésain.

À l’extérieur de la ville, se trouvent les églises San Claudio de Olivares, avec de magnifiques chapiteaux sculptés et Santiago de los Caballeros.

Les autres églises méritant la visite sont San Esteban, San Vicente, San Andrés ou San Isidoro.

Zamora vécut un important développement urbanistique et architectural depuis le milieu du XIXe siècle, dont le point culminant fut l’Art nouveau. Entre 1875 et 1930, une multitude d’immeubles éclectiques et historicistes, d’autres industriels et surtout, un nombre considérable de bâtiments modernistes furent construits. La splendeur de ces derniers a permis l’inclusion de Zamora dans le groupe exclusif de communes qui forment la Route européenne de l’Art nouveau.

L’architecture d’aujourd’hui : plusieurs bâtiments représentatifs de l’architecture contemporaine dont les projets – outre le fait d’avoir obtenu des prix nationaux et internationaux – ont contribué à magnifier et à enrichir le patrimoine bâti de Zamora : le musée de Zamora, le couvent San Francisco, le Parc des expositions, le musée ethnographique et le nouveau siège du Conseil de Zamora, auxquels il faut ajouter le nouveau théâtre Ramos Carrión.

Más Información