Zamora

Zamora

Déclarée d’intérêt touristique international en 1986, la Semaine sainte de Zamora est l’événement religieux, culturel et social le plus important de la ville. Pendant les principaux jours de la Passion, la ville voit sa population multipliée par cinq et devient un déchainement d’émotion, d’austérité et de ferveur.

La Semaine sainte de Zamora est l’une des plus connues aux niveaux national et international, avec son propre caractère qui exhale une grande tradition remontant à l’époque médiévale. Il s’agit de la plus grande fête de la capitale de province, et c’est ainsi qu’elle est vécue par les nombreux citoyens qui remplissent les rues. À souligner la mise en scène des défilés processionnels, austères et expressifs, qui ajoutent à la dévotion la beauté des parcours dans les rues de la vieille ville. Il y a des chars et des statues magnifiques, comme celle du Cristo de las Injurias (le Christ des injures), ainsi que d’autres de sculpteurs tels que Benlliure ou Ramón Álvarez.

Les moments à ne pas manquer sont le Serment du silence l’après-midi du Mercredi saint, avant le défilé du Santísimo Cristo de la Injurias, durant lequel le maire offre, devant tous les membres de confrérie, le silence à la ville, présidée par le Christ ; l’austérité de la procession des « capes brunes », à minuit le Mercredi saint ; le chant du Miserere lors de la procession du Gisant du Jeudi saint et le défilé processionnel au petit matin du Vendredi saint de la Confrérie de Jésus de Nazareth Vulgo Congregración ; la solennité du Saint Enterrement l’après-midi du Vendredi saint pour finir en une joyeuse manifestation de feux d’artifices et de fleurs le dimanche de la Résurrection, parmi tant d’autres.

Dix-sept sont les confréries qui sortent en procession dans les rues de Zamora du vendredi de la Passion au dimanche de la Résurrection.

La Semaine sainte de Zamora a également son propre élément gastronomique. Il est de tradition de petit-déjeuner une soupe à l’ail dans la matinée du Vendredi saint lorsque la procession de cinq heures du matin parvient aux Tres Cruces, tandis que tout au long du défilé les membres des confréries distribuent dans le public les amandes pralinées.

Le dimanche de la Résurrection, à la fin la procession, le « dos y pingada » – deux œufs avec du jambon frit et du pain grillé – est traditionnel.

La morue à « la tranca » ou « al ajo arriero » (à l’ail) sans oublier les traditionnelles « aceitadas » (biscuits) sont d’autres plats typiques de la semaine.

Más Información