Mascarades d’Hiver

Mascarades d’Hiver

Les mascarades d’hiver constituent l’un de ces rares et heureux exemples de survivance culturelle dont on trouve encore la trace sur notre péninsule ibérique. Certains des sites sont concentrés dans la province de Zamora, où, entre les mois de décembre et de janvier ont lieu une série de traditions festives dont l’origine et la symbolique remontent au passé. Toutes coïncident avec le solstice d’hiver et se prolongent parfois jusqu’aux célébrations du carnaval. Les personnages parés de costumes extravagants sont les acteurs des festivités des différents villages de la Province de Zamora.

Les éléments qui caractérisent ces festivités et qui les relient aux autres célébrations ayant lieu dans les régions voisines comme le Portugal ou la Galice, sont la présence fondamentale de personnages diaboliques qui effectuent courses et sauts dans les rues du village, qui taquinent les gens ou les invitent à participer à la fête. Ce sont souvent de jeunes hommes ou de jeunes célibataires qui incarnent ces personnages et qui s’occupent d’organiser la fête et de demander les étrennes, toujours accompagnés d’instruments tels que des clarines, des tenailles articulées, des bombes à eau…etc, avec lesquels ils poursuivent, frappent et tentent d’effrayer la population.

todas

San Martín de Castañeda

Le 25 décembre, les jeunes hommes du village sont les protagonistes de la fête de la Visparra, dont le personnage central est la Talanqueira ou grande vache. Ce personnage farfelu ainsi que d’autres parcourent les maisons du village en demandant les étrennes.

Sanzoles del Vino

Déclarée d’intérêt touristique régional. C’est l’un des personnages les plus populaires du calendrier des fêtes et des rites de Zamora. Le 26 décembre, accoutré de vêtements colorés, d’un masque de cuir et d’un panache de bandes de couleurs, El Zangarrón poursuit les habitants en quête des étrennes.

Pozuelo de Tábara

Le 26 décembre « los Entrantes » viennent réveiller les musiciens, « el Tafarrón » et « la Madama », pour aller ensuite de maison en maison en donnant le bonjour « au nom de l’enfant Jésus ». Au cours de la Messe de ce jour, « la Madama » offre au saint le dernier enfant né au village.

Montamarta

Montamarta reçoit les 1er et 6 janvier la visite du Zangarrón. Deux personnes sont choisies, parmi les jeunes de 18 ans de chaque année, pour le rôle du Zangarrón, un au Nouvel An et l’autre le jour des Rois. Les éléments traditionnels de cette fête sont les clarines, les étrennes, la bénédiction des pains, le pardon aux autorités.

Ferreras de Arriba

Le visiteur devient le 26 décembre le spectateur d’une scène de théâtre dont les acteurs sont les habitants du village. Elle est orchestrée par quatre personnages : les Guapos (les Beaux): « el Galán » et « la Madama » (un homme habillé en femme), et les Feos (les Laids) : « la Filandorra » et le Diable.

Villarino tras la Sierra

Le 26 décembre, après la messe, El Caballico, personnage emblématique, court au milieu de la foule avec une longue queue imbibée d’eau, de terre et de pires choses encore, avec laquelle il peut « peindre » toute personne qu’il attrape pendant sa course. L’autre personnage typique de la localité, El Pajarico, se charge de demander les étrennes.

Riofrío de Aliste

Déclarée d’intérêt touristique régional. Le 1er janvier sortent dans la rue onze personnages : « el Carocho Grande », « el Carocho Chiquito », « el Galán », « la Madama », « el del Tamboril », « el del Cerrón », « el del Lino », « el Molacillo », « el Gitano », « la Filandorra » et « el Ciego ». Les actes se déroulent à travers des actions organisées comme s’il s’agissait d’une représentation de théâtre de rue. L’apparition de « los Carochos », entourés de fumée et proférant de grands cris, est aussi spectaculaire que leur accoutrement.

San Vicente de la Cabeza

El Atenazador (le Tenailleur) de San Vicente de la Cabeza est une mascarade de type démoniaque. Le démon est représenté par les « atenazadores » qui ont de grandes tenailles articulées et portent des masques et des clarines ; un autre personnage est « la Filandorra », une dame âgée qui poursuit les gens en jetant des cendres ; il y a également un couple de fiancés le jour de leur mariage, un couple de joueurs de cornemuse et un groupe de pauvres faisant la manche. Cette mascarade a lieu tous les ans le 11 août, le même jour que la fête patronale du village.

Sarracín de Aliste

Le 1er janvier les protagonistes sont ici les Diables, habillés de noir et munis de masques de liège, de tenailles, de clarines et de baguettes, mais à cette fête participent au total douze personnages y compris « la Filandorra » et « Rullón », « el Ciego » et « el Molacillo », « la Madama » et « el Galán », plus deux « Pobres del Saco » (Pauvres au Sac).

Abejera

Dans cette fête interviennent tout d’abord « el Cencerrón » et « la Filandorra » sur la place, en faisant sonner les clarines attachées à leur taille. Par la suite apparaît le reste des personnages avec qui ils engagent des luttes et des attaques, en se jetant de la cendre.

Villanueva de Valrojo

Face à l’interdiction des Zangarrones et des Obisparras par l’Église, cette fête fut transférée aux Dimanche Gras, lundi et mardi de Carnaval, ce pourquoi les Diables et les « Cencerrones » se mêlent aux personnages typiques du carnaval.

Almeida de Sayago

La Vaca Bayona survit aujourd’hui uniquement à Almeida de Sayago. Elle a lieu le Dimanche Gras et le mardi de Carnaval. Elle est représentée par un jeune homme qui porte une armature de bois avec des cornes à une extrémité et recouverte d’une couverture. Le masque simule la tête d’une vache.

Pobladura de Aliste

Elle se fête le jour de la Vierge, le 15 août. Cette Obisparra compte environ seize personnages qui sont, en plus de la traditionnelle Filandorra avec el Niño (l’enfant), el Ciego (l’aveugle), el Soldado (le soldat), el Mendigo (le Mendiant), Bailador et Bailadora (danseur et danseuse), el Afilador (l’aiguiseur), et el Piojoso (le pieux), plusieurs semeurs et leurs bœufs (los Carachos), ainsi que el Arador (le laboureur) et el Gañán (le valet de ferme).

Candelas

Le calendrier festif de la Province de Zamora a un nouvel évènement le 2 février, avec la célébration de las Candelas à différents points de la province, comme à Samir de los Caños, Moraleja del Vino, San Esteban del Molar, Villalba de la Lampreana ou El Pego. La fête reçoit cette dénomination car on y bénit les chandelles que l’on va utiliser tout au long de l’année. Lors de cette fête les femmes « promènent le pain » de maison en maison en invitant les gens à participer à la danse.

Águedas

Le 5 février se fêtent les Águeda, le jour de la femme mariée par excellence, car tout leur est permis durant leur règne de 24 heures. Les águedas parcourent les rues en demandant « une miette » et deviennent les gouvernantes. Dans la ville de Zamora, elles sillonnent les rues habillées de costumes de Carbajales en jouant divers instruments de musique.

Carnavals

Les carnavals traditionnels ont, en Castille-et-León, peu de racines ayant perduré dans le temps. La ville de Toro est l’une des rares chanceuses dans le calendrier de carnavals de la région, comme le démontre la participation populaire, sa prédisposition au déguisement et l’impressionnant défilé qui remplit de couleur les rues et les places durant le Carnaval. Il s’agit d’une fête qui inonde les rues de Toro et grâce à sa constance durant des décennies, elle a obtenu le rang de Fête d’intérêt touristique régional. Le Lundi de carnaval a lieu le défilé des enfants et le lendemain, Mardi de carnaval, le défilé principal.