Benavente y los Valles

Benavente y los Valles

Bien connue pour son emplacement stratégique, Benavente est la deuxième ville la plus importante de la province. Il s’agit d’un nœud de communications avec le nord-ouest de la péninsule, et de la capitale d’un canton magnifique et fertile dénommé « de los Valles’ (des Vallées) qui recèle un abondant patrimoine archéologique. Si la voie romaine route de l’argent (Vía de la Plata) – qui coïncide avec les Chemins de Saint-Jacques du sud de l’Espagne – est désormais une route reconnue, les centres d’archéologie et les sites des environs, répartis à travers la Sierra de Carpurias, ne le sont pas moins.

La ville de Benavente prend de l’importance en l’an 1398, quand elle passe aux mains des Pimentel, ce qui donne lieu à une descendance nobiliaire – celle des comtes-ducs de Benavente – qui se perpétuera jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Il faut mettre en relief l’Hospital de la Piedad, fondé pour héberger les pèlerins en 1518 dans un style Renaissance, et la Casa du Cervato, l’une des maisons de la bourgeoisie locale les mieux conservées, construite en 1881 et qui accueille aujourd’hui les dépendances de la mairie.

L’église romane Santa María del Azogue est le monument le plus emblématique de la ville. L’église San Juan del Mercado est également romane.

L’actuel Parador de Turismo (hôtel de luxe historique) inclut dans son édification la tour du Colimaçon (del Caracol), qui faisait partie du magnifique palais-château des Pimentel, du XVIe siècle.

La route archéologique par les Vallées de Vidriales, Órbigo et Eria offre une large palette d’archéologie, depuis le Néolithique et le premier âge du fer jusqu’à la fin de l’Empire romain. À Morales del Rey et à Granucillo de Vidriales, on peut visiter les dolmens de El Tesoro, de Las Peñezuelas et de San Adrián. À Arrabalde se trouve le dolmen connu comme El Casetón de los Moros ainsi qu’une salle didactique où est expliquée la vie de ce village préromain. Manganeses de la Polvorosa recrée la vie d’un autre village habité jusqu’à l’époque romaine. À Rosinos de Vidriales on a recréé le camp romain qui accueillit la Legio X Gemina et l’aile II Flavia, et Santibañez de Vidriales présente le centre d’interprétation des camps romains.

L’église Santa Marta de Tera, construite au début du XIIe siècle, porte sur sa façade sud deux figures en haut-relief, l’une d’elles de saint Jacques l’Apôtre. Deux fois par an, ce temple est le cadre du miracle de la lumière d’équinoxe (21 mars et 22 septembre), lorsque la lumière illumine pour quelques minutes un chapiteau aux motifs bibliques.

Más Información