Aliste, Tábara y Alba

Aliste, Tábara y Alba


Dans ce cadre naturel, il convient de visiter Santa Cruz de los Cuérragos, petit hameau qui conserve d’étonnants exemples d’architecture traditionnelle. Ses constructions présentent des caractéristiques similaires à celles de Robledo et d’Ungilde : l’élément architectural dominant est l’ardoise. Il s’agit d’un site incontournable pour la paix qu’on y respire et le charme d’être le dernier village d’une route. Le Conseil de Castille-et-León l’a déclaré Bien d’intérêt culturel, dans la catégorie d’ensemble ethnologique. Riomanzanas est une autre municipalité du canton avec une grande variété de logis d’un indéniable attrait architectural.

Tábara, ville natale de León Felipe, recèle l’église romane Santa María, dans le monastère de laquelle fut conservé le codex écrit en miniature dénommé « del Beato Tavariense », actuellement aux Archives historiques nationales. Dans tout le canton on trouve de nombreux exemples de constructions traditionnelles, tels les corrales, enclos anciennement utilisés pour garder le bétail, et qui représentent l’une des plus belles estampes du milieu rural d’Aliste. Sans oublier les cortinas – barrières de pierres plantées qui délimitaient les propriétés – et les moulins à eau.

L’église San Pedro de la Nave fut construite entre les années 680 et 711, ce qui fait d’elle l’une des dernières œuvres d’art wisigothique. Elle fut d’abord construite sur les rives de la rivière Esla, mais dans les années 30 du XXe siècle elle fut déplacée jusqu’à son emplacement actuel, El Campillo.

Sa première trace correspondait à un plan en croix grecque, puis plus tard furent construites les deux bâtisses latérales qui lui confèrent son aspect final, hybride entre le plan basilical et le plan cruciforme. Il faut souligner les chapiteaux historiés de « Daniel dans la fosse aux lions » et « Le sacrifice d’Isaac ».

Alcañices est la capitale du canton d’Aliste. En 1297, Ferdinand IV de Castille et Denis Ier de Portugal signèrent dans cette localité le Traité d’Alcañices, qui fixait la frontière entre l’Espagne et le Portugal. Elle conserve quatre tourelles de l’ancienne muraille, dont la plus célèbre est la Torre del Reloj (la Tour de l’horloge). En outre, elle compte deux églises, l’une du XVIe siècle, appartenant à l’ancien couvent San Francisco et l’autre, sobre et simple, du XIIIe siècle. Près de celle-ci se trouve l’ancien palais des marquis d’Alcañices.

L’itinéraire à travers ce canton nous promène au milieu d’un doux paysage ondoyant dans lequel se détachent des centres tels que Carbajales de Alba, berceau du costume de Carbajales, dont les broderies datent du XVIe siècle ; et Moveros, important centre de poterie : amphores, cruches, terrines et la pièce la plus singulière : un pichet avec une ou deux poignées, un bec étroit et un large col.

Más Información